Urban Potager, le premier potager automatisé et open source pour citadins

urbanpotager

À l’occasion du lancement du festival Futur en Seine qui a démarré hier et qui prendra fin le 21 juin prochain, les visiteurs ont eu l’occasion de découvrir le premier jardin d’intérieur automatisé et open-source : « Urban Potager ».

Développé par UrbanaPlant en partenariat avec FacLab, le FabLab de l’Université de Gennevilliers, ce concept s’adresse aux citadins désireux d’avoir un mini jardin dans leur cuisine. « Urban Potager » est doté d’un micro-ordinateur qui mesure les besoins en luminosité, eau et température afin de permettre aux cultures de pousser dans les meilleurs conditions. Du coup il n’est même pas nécessaire d’avoir la main verte pour entretenir ce potager :).

Une application mobile permet de contrôler à distance, de suivre l’évolution des plantes et de recevoir des conseils pour améliorer la pousse.

Il est possible d’y cultiver des plantes aromatiques, salades, tomates cerise mais également de petits légumes.

Urban Potager cover

Pour l’instant cette petite merveille est disponible uniquement en pré-commande. Il est possible de se procurer  la partie « technologique » seule et donc de gérer le montage soi-même (pour 89 euros) ou alors d’opter pour la « Maker Edition » qui est un kit complet pour construire son Urban Potager (pour 149 euros). Une version premium avec un design un peu plus poussé sera également disponible pour 199 euros.

N’hésitez pas à faire un tour sur leur site pour en savoir plus et pré-commander votre Urban Potager : http://www.urbanpotager.comVous pouvez aussi profiter de leur présence au festival Futur en Seine pour aller à leur rencontre !

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *