Sailor Jerry, le rhum épicé Rock’n’roll

Sailor Jerry rum

Sailor Jerry Spiced Rum n’est pas une marque toute récente puisqu’elle existe en France depuis 2011. Il s’agit d’ailleurs désormais d’un incontournable pour les barmen qui apprécient l’univers décalé de ce rhum épicé. Cependant il est enfin possible de se procurer le Salior Jerry Spiced Rum en GMS (à 25 euros, exclusivité Monoprix).

Pour la petite histoire, « Sailor Jerry » est en réalité le surnom de Norman Collins. Un marin aux multiples facettes : ingénieur, électricien, présentateur radio, saxophoniste mais surtout le père fondateur du tatouage old school.

Il est bien connu du monde des tatoueurs puisqu’il est à l’origine de nombreuses techniques et de nouvelles couleurs. C’est également lui qui a introduit les règles d’hygiène dans cet univers.

New Sailor Jerry Bottle Refresh - Meatopia Image 2 - Low Res

Nous avons eu récemment l’occasion de découvrir ce produit et nous souhaitions donc partager avec vous notre expérience.

En plus de l’univers graphique qui a tout de suite retenu notre attention, on a apprécié le bouchon en bois marqué par l’ancre marine.

Un peu à la manière des verres à saké japonais qui cachent dans leur fond une geisha dénudée, derrière chaque étiquette de Sailor Jerry se trouve une pin-up (huit différentes au total).

Côté dégustation, le goût de ce rhum est particulièrement agréable, les notes épicées font de ce breuvage un parfait allié pour relever des cocktails ou bien tout simplement pour accompagner un bon cigare.

Il est important de signaler que cet assemblage se compose d’un rhum des Caraïbes infusé de vanille et de cannelle.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *