Les gourmands se shootent au caviar et à la vodka

Jeudi soir dernier, à l’heure où les parisiens s’agitent aux terrasses des cafés pour le traditionnel after work, les gourmands se sont rendus au 39 avenue de l’Opéra dans le salon très cosy de l’hôtel Edouard VII. Conviés par les « Parigottes » pour une rencontre autour du caviar et de la vodka.

Le salon est petit et chaleureux, on apprécie de s’engouffrer dans ce lieu et d’échapper à l’agitation et à humidité de l’avenue. Deux jeunes femmes viennent à notre rencontre pour nous accueillir et nous proposer une coupe de champagne.

Au fond de la pièce, une petite quinzaine de personnes échangent les mondanités habituelles, que ce lieu ne doit connaitre que trop bien.

La moyenne d’âge est supérieure à celle que nous avons l’habitude de fréquenter lors de nos sorties, mais ce n’est pas pour ça que nous sommes là. En effet c’est pour découvrir deux produits, l’un que l’on croit connaitre, la vodka, et l’autre que l’on a trop peu l’occasion de découvrir, le caviar.

Sur une petite table trône une cage où sont emprisonnées les deux stars de la soirée : La vodka « Strix » et le caviar des Pyrénées. Oui vous avez bien lu, du caviar des Pyrénées ! Nous qui avions toujours cru que le caviar ne pouvait être le fruit que des eaux russes… D’après un débat que nous avons espionné de loin, il y a en réalité du caviar en provenance de plusieurs pays, même la Chine serait productrice d’un caviar de qualité. En réalité, nous ne nous avançons pas sur la qualité, puisque c’était justement le sujet du débat de ces  invités victimes de notre voyeurisme auditif. Bref, c’est donc un caviar français que nous allions déguster. Pour être exact, c’est même trois caviars différents que nous allions avoir la chance de découvrir. Trois saisons : Automne, Printemps, Eté s’offraient donc à nos palais d’amateurs. Pour déguster il faut tendre sa main à Florence, qui vient déposer, à même la peau,  entre notre pouce et notre index, un peu de son or noire. Chaque saison est différente, surprenante et généreuse en arômes. Nous n’allons pas nous attarder sur des descriptions comme  « des tonalités florales agréables » que nous aurions subtilisé des bouches des autres convives, puisque soyons honnêtes, nous n’y connaissons rien. C’était également le cas de beaucoup d’autres invités, mais certains font mieux semblant que d’autres ;-). Florence Grimm a fait le pari d’une production française artisanale, une récolte faible donc, mais respectueuse de l’environnement. Nous apprécions son plaisir à faire partager son produit, même à nous qui avons peu de chance d’en acheter un jour. Il faut compter entre 70€ et 400 € pour s’offrir ce luxe, mais il faut bien se rendre à l’évidence, l’exception a un prix !

Passons maintenant sur un terrain que l’on connait mieux, celui de la vodka. La bouteille est très belle, habillée d’une chouette dessinée par Roxane Lagache, que l’on félicite au passage. Il s’agit donc d’une vodka bio spécialement élaborée pour ce coffret, un élixir 100% français réalisé en collaboration avec la distillerie charentaise « Organic Spirit ». On nous informe que les mœurs voudraient que l’on commence par la vodka et que l’on termine par le caviar. La vodka permettant de mettre nos papilles en éveil. Trop tard, et puis de toute façon les papilles des gourmands 2.0 sont en alerte 24h/24. Un vent froid fouette nos visages et nous amène aussitôt dans les montagnes enneigées de Russie. Oh ca va, on sait que l’on surjoue mais l’ambiance s’y prête. Nous sommes déjà suffisamment déboussolés comme ça avec le caviar des Pyrénées alors laissez nous voyager un peu ;-). Plus sérieusement, on voit tout de suite que l’on à affaire vodka de qualité, une rondeur agréable et des notes de fruits sur la longueur. En tout cas c’est comme ça qu’elle est présentée, parce que pour nous les choses sont plus simples : on trouve ça très bon !

Revenons tout de même à cette cage qui abrite la vodka et le caviar. Il s’agit là d’une pièce tout particulièrement conçue par et pour l’Epicerie Générale. Etonnant de voir cette chouette enfermée sur un lit de cuir rouge à côté des progénitures d’esturgeons. C’est presque artistique, on a envie de l’accrocher à un mur de son appartement. Il s’agit clairement d’un cadeau à s’offrir à deux ou bien à des amis proches. Partager ce mariage de saveurs dans ce coffret relève clairement d’une relation intime, on a presque envie de dire que ça ressemble à de la consommation d’une pièce d’art.

Tout cela est bien beau, mais alors où peut-on trouver ces bijoux 100% français ? Alors le coffret est, comme nous le disions, une exclusivité de l’Epicerie Générale qui se trouve 43 rue du Verneuil dans le 7ème arrondissement. Il parait que l’on y trouve le meilleur jambon beurre de Paris ! Une baguette comme on l’aime, et surtout un vrai jambon de Paris qui a du goût. Nous qui avions abandonné l’espoir de retrouver un jour les vrais saveurs de ce classique, nous allons nous y rendre très prochainement. On y trouve aussi des produits de bouche en tout genre, ainsi que plusieurs « produits maison », on a presque honte de pas y être encore allés !

Un moment de plaisir que nous devons donc aux « Parigottes » mais aussi à ces personnes qui prennent le parti de la production française, avec le respect mérité de nos produits et de leur environnement. Même sil ne s’agit pas du type d’évènements où nous sommes des plus à l’aise, nous avions très envie de le partager avec vous, c’est désormais chose faite ;-).

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

6 Commentaires

  1. Avatar
    Martin octobre 15, 2012

    Belle plume !

    Reply
  2. Avatar
    Bannicq Florence octobre 18, 2012

    Bravo Les Gourmands!
    Quel bel article!
    On s’y croirait vraiment.

    Reply
  3. Avatar
    melopapilles octobre 19, 2012

    nous nous sommes donc croisés sans le savoir ! très beau billet qui retranscrit parfaitement ce début de soirée

    Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 octobre 19, 2012

      Bonjour Melopapilles ! En effet nous avons donc forcément du nous y croiser. Tes photos de l’évènement sont d’ailleurs vraiment très belles !

      Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *