Interview de Lisa Kajita, dénicheuse de talents culinaires

Cette semaine une personnalité bien connue de la foodosphère a accepté de nous rencontrer. Il s’agit de Lisa Kajita, créatrice de l’agence de presse du même nom. Cette agence s’occupe de grands chefs comme Manuel Martinez ou encore Jean-François Piège et de plusieurs marques alimentaires tendances. On nous avait prévenu, Lisa Kajita a une personnalité qui en impose. Malgré notre réputation d’avoir des caractères bien trempés, lorsqu’elle vient s’installer à notre table, nous ne sommes pas spécialement à l’aise !

 

Lisa commence par nous expliquer qu’elle n’est pas un exemple à suivre, qu’elle n’est pas certaine de comprendre l’intérêt de notre démarche… Ça commence bien pour nous, mais nous n’allons pas nous arrêter là pour autant !

A 23 ans elle passe un coup de téléphone à sa mère et lui demande s’il est raisonnable de tout plaquer pour lancer son agence. Elle commence par louer pendant trois ans sa petite chambre dans l’appartement de sa mère, jusqu’à l’arrivée de ses trois stagiaires ce qui l’oblige à trouver des locaux. Quatre ans après son lancement, elle embauche son premier salarié. Lorsque Lisa recrute quelqu’un, l’important « c’est qu’il y ait une cohérence avec l’image et les valeurs de l’agence ».

Cette agence n’est pas une agence comme les autres. En effet, Lisa Kajita a toujours refusé de travailler pour des marques qui ne lui plaisaient pas. Pour elle l’important c’est de s’éclater dans son travail et de s’entourer de collaborateurs qui aiment ce qu’ils font. En guise de team building, Lisa amène ses collaboratrices à Biarritz et même à New-York !

Mais alors, comment se fait-il que l’équipe de l’agence Lisa Kajita soit 100% féminine ? « Ce n’est pas un choix, c’est juste qu’ils ne postulent pas ! ». Surprenant pour une agence qui travaille régulièrement avec le monde des grands chefs, où l’ambiance n’est pas franchement féminine. Mais elle nous rembarre aussitôt : « On est des mecs dans l’âme, tous le monde nous le dit, on ne se laisse pas faire ».

Pour Lisa, le fait d’avoir sa propre agence est un vrai luxe : « Être à son compte ça ne veut pas dire que l’on peut faire tout et n’importe quoi, comme par exemple aller au cinéma en plein après-midi sur un coup de tête. Ca veut dire être responsable de ses actes. ».

Mais alors pourquoi le milieu de la gastronomie ? « Il y a quelques années, j’ai senti les prémices d’un emballement autour de la food. Mais aussi parce que j’adore cet univers. C’est un univers très large où l’on peut avoir une grande transversalité dans les projets. » Ses origines y sont aussi pour quelque chose, sa mère Japonaise lui a transmis le respect de l’artisanat, le soucis du détail et de la finition.

Nous avons souhaité l’interroger sur sa position au sujet de ces chefs qui ne sont presque plus dans leurs cuisines, trop occupés à gérer leur communication. « Il y a un temps pour se rendre à Rungis puis un jour pour passer à autre chose : un chef c’est aussi une équipe, une brigade ».

Lisa nous apprend qu’elle aussi tenait un blog : « We Are Food Geek » (Ne cherchez pas, il n’existe plus et est totalement introuvable). Un blog qu’elle tenait avec deux de ses amis qui se cachaient tous derrières des pseudonymes décalés : Patty la Cookie, Apollinia Battavia et Doug le Chaud. Un blog qui a très bien marché pendant deux ans mais qu’ils ont dû arrêter par manque de temps. Doug le Chaud avait même été approché par le Figaro pour une interview à laquelle il avait accepté de participer sans révéler son identité, caché derrière des lunettes hot-dog ! Et comme nous sommes de gros curieux, nous avons retourné le web pour vous retrouver une photo, elle est ici ;) .

Nouveauté importante pour Lisa Kajita, elle se lance comme agent. Elle souhaite donc profiter de cet article pour faire une annonce : « Jeune talent culinaire ? Contactez moi ! ». Rachel Khoo et Alix Lacloche sont déjà deux jeunes talents qu’elle a pris sous son aile. On ne connait pas encore Alix Lacloche, mais on connait et on adore Rachel Khoo, si vous avez un livre de cuisine à acheter, foncez acheter le sien (La Petite cuisine à Paris).

La question qui nous chatouillait les lèvres est tombée : « Est-ce que tu as entendu parler de ce blogueur qui déchaine la toile : Charles Henri Orliac ? ». Et oui elle l’a même eu au téléphone ! Il aurait insisté lourdement pour se faire offrir un repas et quatre nuits pour quatre personnes au Thoumieux. La conversation s’est terminée d’une manière similaire à celle que l’on connait tous : « Vous n’existez plus pour moi Mlle Kajita », la belle affaire !

Un restaurant à conseiller à nos lecteurs ? « Oui, le restaurant Abri. C’est un Chef Japonais qui se trouve sur le boulevard Poissonnière, métro Poissonnière ».

Une rencontre très sympathique avec l’incontournable de la communication de ce milieu. L’agence de presse la plus en vogue du moment va continuer à faire parler d’elle nous n’en n’avons aucun doute ! Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur son site par ici.

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

6 Commentaires

  1. Avatar
    Adrienne octobre 31, 2012

    C’est vraiment chouette comme billet. Ça change de ce que l’on trouve sur la toile. Merci pour cette découverte intéressante !!

    Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 octobre 31, 2012

      Merci beaucoup à toi Adrienne ! L’important est de réussir à continuer de vous faire découvrir des choses :)

      Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 novembre 01, 2012

      Oui c’était vraiment top de la rencontrer ! Abri en effet ce n’est pas la première fois que l’on nous conseille cet endroit. On va tester c’est certain !

      Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *