La Tablée des Chefs : Quand la gastronomie devient sociale

Aujourd’hui on vous parle d’une association, à la fois gastronomique et… sociale. Oui, c’est possible ! Cette association c’est La Tablée des chefs, composée d’une équipe dynamique qui lutte contre la faim et organise des activités auprès des jeunes dans le besoin partout au Québec. Au programme de cette rentrée : une compétition culinaire pour les jeunes québécois défavorisés et l’évènement « Moi, j’fais mon lunch » ! 

.

La Tablée des Chefs : Moteur d’implication sociale des chefs !  

La Tablée des Chefs est une association québécoise à but non lucratif qui lutte contre la faim. Elle nourrit les familles dans le besoin et développe l’autonomie alimentaire des générations futures. La Tablée des Chefs stimule aussi l’implication sociale des cuisiniers et pâtissiers grâce à plusieurs volets d’interventions.

La redistribution du surplus alimentaires et la préparation de repas prêts à manger
Un service de courtage en alimentation durable est mis en place entre les producteurs et les organismes chargés de la redistribution aux personnes dans le besoin. A travers ce service, La Tablée des Chefs opère dans toute la logistique de récupération alimentaire de manière à assurer un déploiement efficace, simple et sécuritaire parmi les donateurs du milieu HRI (hôtellerie, restauration, institutionnel). En tout, plus de  250 000 repas sont ainsi distribués aux personnes dans le besoin à travers le réseau des banques alimentaires du Québec.

La formation culinaire de jeunes en difficulté
Des ateliers culinaires et de nutrition, Les Ateliers du Frère Toc, sont donnés gratuitement dans le cadre d’activités parascolaires à des centaines de jeunes dans 15 écoles secondaires de  milieux défavorisés de la région métropolitaine. La mission de ces ateliers est d’initier les adolescents à la cuisine et à une alimentation plus saine. Cette initiation comporte l’apprentissage de techniques culinaires de base et la découverte d’aliments sains. Les élèves des écoles ciblées sont donc mis en contact avec des aliments de base, découvrent de nouvelles saveurs et de nouvelles recettes. A travers ces ateliers, La Tablée des Chefs a pour ambition de proposer une culture culinaire différente de celle des jeunes qui vivent dans un univers de malbouffe, et souhaite que cette culture puisse être préservée et partagée en famille. C’est au total 30 000 heures de formation qui sont données à plus de 1 000 jeunes dans tout le Québec.

.

Compétition culinaire pour les jeunes québécois défavorisés

Plus de 400 élèves pourront prendre part à diverses compétitions culinaires grâce à un tout nouveau projet de la Tablée des chefs, qui sera lancé dès le mois d’octobre 2012. Le but étant d’inciter les jeunes à s’alimenter sainement et à préparer leurs propres repas.

Les élèves de 20 écoles de la province pourront leur propre brigade sur www.brigadeculinaire.com (le site sera mis en ligne prochainement). La compétition prendra la forme d’un combat culinaire, où les jeunes cuisineront pour être les meilleurs de leur école, puis de leur région, avant de participer à la grande finale provinciale.

Au programme, des compétitions comme « Iron Chef America » (émission télévisée) seront mises en place entre les différentes écoles inscrites au projet. Les jeunes devront aussi préparer des plats typiques de plusieurs pays et développer la meilleure recette santé, qui sera ensuite disponible tout au long de l’année dans la cafétéria de leur école.

«On veut que ces jeunes deviennent des ambassadeurs dans leur école et donnent le goût aux autres de cuisiner», soutient Jean-François Archambault, fondateur de la Tablée des chefs. Danny St-Pierre, porte-parole de l’association, estime qu’un jeune qui apprend à cuisiner va influencer son entourage et cela de manière positive.

Les 20 gagnants, choisis dans chaque école, seront supervisés par des chefs et auront le droit à une douzaine de cours de cuisine parascolaires organisés pendant l’année.

.

La campagne de financement : Moi, j’fais mon lunch

Cette compétition culinaire pour les jeunes défavorisés est financée par l’initiative «Moi, j’fais mon lunch», qui aura lieu le 24 septembre prochain. Cette journée organisée par La Tablée des Chefs, vise à rassembler les Québécois dans leur cuisine, à les sensibiliser aux saines habitudes alimentaires et à l’utilisation d’aliments nationaux dans la préparation de leur lunch.

L’année dernière, la campagne «Moi, j’fais mon lunch» a connu un franc succès. Plus de 15 000 Québécois avaient pris le temps de préparer et de déguster leur lunch dans le cadre de cette belle initiative.

Pourquoi un tel succès ? Selon la vice-présidente, Brigitte Dupuis, faire son lunch pourrait entraîner des économies d’environ 1 300 $ par an, de plus c’est une occasion de prendre plaisir à cuisiner et à s’alimenter correctement. Selon Mélissa Clément, chef formatrice pour les Ateliers du Frère Toc, ce projet fait la différence auprès des jeunes en difficulté : «C’est concret et utile, on en voit les effets. Il y a même des jeunes qui vendent leurs plats dans leur entourage. C’est grandissant pour eux et pour nous».

Cette année, la campagne «Moi, j’fais mon lunch» revient donc en force ! Le 24 septembre 2012, les québécois sont invités à convier leurs collègues et amis pour savourer un bon lunch fait maison. Pour ceux qui le souhaitent, il sera également possible de se joindre à La Tablée des Chefs au Complexe Desjardins, des animations, des démonstrations culinaires exécutées par des chefs et des conférences seront organisées. L’entrée est gratuite pour ceux qui se présentent avec le sac à lunch officiel de la campagne. Ces «sacs à lunch» sont disponibles dans de nombreux points de ventes au Quebec, au prix de 3 $. Les profits amassés par la vente des sacs permettront de financer des ateliers de formation culinaire pour des jeunes issus de milieux défavorisés aux quatre coins de la province.

.

C’est un véritable coup de coeur pour cette association et ses belles initiatives. On aimerait que ce type d’initiative se développe également en France. Dans le «pays de la gastronomie», il y a beaucoup trop de jeunes qui s’alimentent mal et qui n’ont aucune idée de la richesse dont regorge nos terroirs.

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

4 Commentaires

  1. Avatar
    Adrien septembre 15, 2012

    C’est pas mal du tout ça. Une version française serait une excellente idée

    Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *