Coup de gueule : Lorsque les chefs crachent dans la soupe

Depuis quelques mois on peut lire de plus en plus d’articles sur la toile avec des témoignages de chefs mécontents de leur clientèle. Agacés par ces différents témoignages, nous souhaitions répondre à ces chefs. Nous parlerons de deux sujets récurrents qui ont retenu notre attention : les  reproches sur les avis culinaires des clients publiés sur internet et l’agacement des chefs face aux photos qui peuvent être prises de leurs plats. 

Le client, cet amateur.

Aujourd’hui le consommateur prend constamment la parole, il n’hésite pas à donner son avis, à recommander ou à critiquer. C’est d’ailleurs même devenu une partie du quotidien de beaucoup d’internautes. Il faut quand même souligner que les restaurateurs sont tout autant concernés que les autres secteurs. So what ? C’est si gênant que ça que l’on donne notre avis sur ce que l’on nous facture ?

A ce sujet, grande révolution cette année, même le nouveau site du Guide Michelin prend en compte et encourage les retours des clients. Le Guide rouge en question a dû essuyer les reproches des chefs trouvant scandaleux que de modestes amateurs puissent donner leurs avis sur leurs plats. Le client étant, selon eux, incapable d’apprécier la grandeur des plats.

Si la cuisine peut être considérée comme un art, il faudrait quand même veiller à garder les pieds sur terre messieurs les artistes ! Que les critiques culinaires qu’ils avaient l’habitude de choyer disposent d’un palais plus fin que le nôtre, soit. Considérer que nous ne sommes pas légitimes pour donner notre avis, on est beaucoup moins d’accord. Est-il nécessaire de vous rappeler que ceux qui vous font vivre et qui sont chaque jour à vos tables, c’est justement cette fameuse horde d’amateurs ?

Et puis, quand bien même les critiques culinaires savent mieux apprécier que personne la grandeur d’un plat, nous préférons malgré tout avoir l’avis d’amateurs comme nous. Parce que même si selon l’avis d’un professionnel le plat est censé être extrêmement bon, nous si on ne le trouve pas à notre goût, et bien on ne le trouve pas à notre goût !

Les food reporters, des violeurs de plats.

Un article de courrier international «Les gastronomes amateurs énervent les chefs», nous apprend que certains chefs sont dérangés par cette nouvelle pratique qui consiste à prendre en photo les plats dans les restaurants. En effet cette pratique porterait atteinte « aux droits à l’image de leur plat ». D’ailleurs, belle ironie, cet article a été repris sur certains blogs de chefs par un simple copié collé du texte, sans même citer la source, comme si il sortait de leur propre casserole. Pratique plutôt consternante lorsque l’on se plaint du non respect du droit à l’image…

Les gourmands 2.0 ne comprennent vraiment pas, les chefs devraient être ravis : les consommateurs français vouent un culte total à leurs plats, mais non, ils se plaignent d’une pratique qu’ils jugent «agaçante».

Un passage dans l’article a particulièrement retenu notre attention. C’était au sujet de la réaction de David Tarnowski, étoile montante de la gastronomie, 16/20 au GaultMillau Suisse : « Mais ça me dérange, surtout quand les gens ne demandent pas l’autorisation de le faire. » Récemment, il a même prié une cliente de cesser de prendre des photos : « Quand on donne le meilleur de soi, voir les clients cliquer inopinément finit par agacer…»

Oui oui vous avez bien lu, ce qui dérange essentiellement ce chef c’est qu’il faut lui demander son autorisation… La prochaine fois que l’on achète une baguette on pensera bien à faire signer une autorisation à la boulangère au cas où l’on décide de faire une photo de nos tartines, c’est promis. Ce qu’on veut surtout dire par là, c’est qu’après tout, on paye une petite fortune ces plats, ils nous appartiennent donc en quelque sorte. C’est tout de même dommage de nous empecher de les prendre en photo.
Photographier un plat dans un restaurant sera peut être un jour interdit. D’ailleurs nous devrions même refuser de laisser n’importe qui regarder des plats d’une trop grande qualité, il ne saura pas forcément l’apprécier, cela risquerait de porte atteinte à la grandeur du chef.

Nous sommes déçus de constater avec quel mépris certains chefs considèrent leur clientèle. Dernièrement nous sommes même tombés sur une photo d’une équipe de cuisine d’un grand restaurant faisant des gestes obscènes sur un message envoyé sur Twitter (du compte Twitter officiel du restaurant), s’adressant à des clients ayant annulé une réservation au dernier moment.

Il est grand temps que les chefs redescendent de leur piédestal pour revenir à leur place : au service du client. Client qui chaque jour vient déguster leurs plats et permet aux cuisiniers de continuer à vivre de leur passion. Nous sommes bien entendu conscients que ce n’est pas le cas de tous les chefs et ce coup de gueule ne s’adresse évidemment pas à eux. 

email
Les gourmands 2.0

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager à vos amis ! Si ce n'est pas déjà le cas, rejoignez-nous sur notre page Facebook et notre compte Twitter pour ne rater aucune de nos actualités gourmandes.

44 Commentaires

  1. Avatar
    laboiteasport mai 21, 2012

    Demain nous iront donc au restaurant comme dans un musée. Admirez la beauté, la perfection, le travail de finesse, l’audace, l’imagination de ces plats. Sentir de magnifiques parfums dans nos assiettes et continuer de lorgner celle du voisin. À contrario, les purs amateurs (qui représenteront 95% de la salle) devront se contenter de regarder et sentir ces mêmes plats, œuvres d’art qu’il serait impensable de toucher pour de non initiés. Seuls les grands critiques culinaires, anciens chefs sélectionnés par les grandes tocs du moment, auront le privilège de déguster ces grandes œuvres du XXIe siècle… Après tout, nous ne sommes que des portes-feuilles à estomacs, sans goûts ni finesses.

    Reply
  2. Avatar
    About Foood mai 21, 2012

    Moi je prends en photo tous mes plats… C’est vraiment abberrant, quand on paye un service, de se faire traiter de la sorte. Mais ça c’est vraiment français…!

    Reply
  3. Avatar
    Marc Lebel mai 21, 2012

    Très bel article ! Je rajouterai enfin un élément : la liberté. Chacun est libre de donner son avis sur ce qu’il consomme.

    Reply
  4. Avatar
    tiuscha mai 21, 2012

    Je comprends les chefs. Et la moindre des choses est de demander l’autorisation de prendre des photos (même s’il est rare d’essuyer un refus), le droit à l’image existe. En revanche, on doit être libre de donner son avis sur un plat.
    Hors sujet mais il faudrait aussi que le consommateur ait le respect du chef et de son travail : une tendance malheureusement croissante est le nombre de personnes qui réservent et ne viennent pas, sans même avoir toujours la décence d’annuler (lire à ce sujet l’itw de René Redzepi sur le blog Pourcel ; et ce n’est pas un cas isolé dans les étoilés). Alors dans un tel contexte, il est compréhensible que certains chefs prenennent la mouche devant certains comportements plus ou moins délicats.

    Reply
    • Avatar
      Marc Lebel mai 21, 2012

      @tiuscha le droit à l’image sur les photos de plats est un peu plus complexe que cela.
      Le droit à l’image stricto sensus concerne d’abord les photos des personnes.
      Ici on est dans le registre du droit à l’image des biens ( pas de notion de violation de la vie privée ) ( et pas dans celle des oeuvres d’art ).
      Une fois que l’on a dit cela il reste à déterminer qui est le propriétaire du plat que l’on consomme. Si c’est celui qui le mange c’est lui qui a les droits.
      Si c’est le restaurateur alors ‘l’exploitation d’une photographie cause au propriétaire un préjudice (on en revient à cette notion très importante en droit), en lien direct avec l’exploitation de l’image, alors il pourra saisir les tribunaux sur le fondement de la responsabilité civile et le cas échéant, obtenir réparation’

      Donc attention quand on parle de droit :)

      Reply
      • Avatar
        Hel's Kitchen novembre 13, 2012

        Je suis tout à fait d’accord sur ce sujet.
        Il faut aussi retenir que l’image appartient au photographe – en tout le cas, cela l’est dans le cas des photos de mode et de natures mortes.

        Reply
  5. Avatar
    Rodrigo mai 21, 2012

    Excellent article !
    Mais pour qui se prennent-ils ces chefs ?! Le star système a encore frappé…
    « Le droit à l’image » ?! Mais de qui se moque t’on ? Ridicule.
    Je me souviens qu’un architecte m’a demandé mon avis sur une œuvre architecturale, je lui ai répondu que je n’y connaissais rien et que je n’avais aucune notion d’architecture. Et bien il m’a répondu que l’architecture n’était pas faite pour les architectes, et c’est pourquoi mon avis était intéressant pour lui. La cuisine c’est pareil, ce n’est ni pour les critiques gastronomique ni pour les grands chefs mais pour les clients !
    Un peu d’humilité !

    Reply
  6. Avatar
    Mélina mai 21, 2012

    Pourquoi attaquer sans cesse les Chefs ? Mettre en péril un restaurant avec des commentaires désobligeants. Car ce sont le plus souvent des gens que je qualifierais de « frustrés » qui viennent au restaurant dans l’unique intention de critiquer ! Les gens « normaux » vont au restaurant pour passer un bon moment et non pour recherché les défauts, prendre des photos, twitter, et critiquer. En tout cas je ne voudrais pas partager une table avec une ces personne, ça doit être fort désagréable…
    Pourquoi s’acharnent on a critiquer les Chef ? Est que ces personnes publient également une critique lorsque leur médecin ne leur a pas bien soigné leur grippe ?
    Est ce qu’ils publient une critique quand le garagiste à mal réparé la voiture ?
    Alors, si quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les gens prennent un malin plaisir à critiquer les Cuisinier ?

    Reply
    • Avatar
      Marc Lebel mai 21, 2012

      @Mélina : les gens sur Internet donnent leur avis dans beaucoup de domaines outre les restaurants : coiffeurs, garagistes, hotellerie, massages,….

      Si on parle tant des restaurateurs c’est parce qu’on médiatise plus leur sentiment d’être jugé.

      Les internautes veulent juste pouvoir tranquillement donner leur avis sur ce sujet comme sur tous les autres, tout simplement

      Et enfin je peux te dire que les gens quand ils déposent un avis il est en général positif. Par exemple sur Food Reporter la note moyenne est de 3.5 / 5

      Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 mai 21, 2012

      Comme le dit très bien Marc, les gens critiquent sur la toile pour l’ensemble des domaines, pas que pour la restauration. Et au sens « critiquer » on veut dire aussi bien de manière positive que de manière négative. Le partage des photos sur Twitter, Facebook ou autre c’est bien souvent pour partager notre plaisir d’ailleurs :) Lorsqu’un ne trouve pas bon et beau un plat, on ne fait pas de photos !

      Reply
  7. Avatar
    Melina mai 21, 2012

    Les cuisiniers cuisinent souvent avec amour. Pour cela, je les comprends que prendre une photo de leurs plats c’est comme prendre une photo d’eux même. Alors vous comprendrez que la moindre des politesses est de demander avant, non ?
    Le faîte de payer n’est pas une excuse. Avec l’argent on n’achète pas tout, avant tout il y a le respect et la politesse !!!
    Il y a tellement de gens mal attentionnés de nos jours… Ces gens n’imaginent pas le mal qu’il font en agissant ainsi… D’accord, la liberté d’expression…etc
    Mais imaginez-vous, peut être qu’à une personne un restaurant ne correspond pas tandis qu’une autre sera aux anges. Alors, critiquer ne sers qu’à faire du mal !
    Ces pseudo – critiques souvent courageux depart leur anonymat ;-) apprécieraient-elles qu’on critique leur travail sur internet ???

    Reply
  8. Avatar

    Emettre une critique sur un bien que l’on achète me semble sain. Limiter ses choix sur la seule base de quelques mauvaises critiques est par contre ridicule. Ne nous trompons pas de cible!
    Vous citiez l’exemple du musée, oui on prend des photos au musée.
    Oui on émet des critiques sur les garagistes, ce sont même les marques qui nous innondent de mail pour cela
    Oui on émet des critiques sur les voyagistes, les hôtels, les sites à visiter.

    N’oublions pas que la critique n’est pas uniquement négative. N’oublions pas non plus qu’il est plus facile d’écrire une critique négative après une frustration, qu’une critique positive après une prestation (culinaire) que l’on trouve « normale » (pour ce prix là du moins)

    Au consommateur de faire la part des chose et de balancer les bonnes et mauvaises critiques avant de faire son choix.

    Reply
  9. Avatar
    Marc Lebel mai 21, 2012

    @Melina comme je te l’ai dit plus haut, les gens s’expriment d’abord pour du dire du bien des plats qu’ils dégustent.
    Ensuite par exemple les gens peuvent noter les applications qu’ils téléchargent et personne ne s’en choque.
    Ou alors si on refuse la critique il faut aussi refuser les compliments.
    Question de cohérence

    Reply
  10. Avatar
    Mélina mai 21, 2012

    Une dernière chose : pensez que beaucoup des critiques sont postés par la concurrence elle même dans le but d’endommager la réputation du voisin… Alors ou est l’objectivité et le sérieux ? En plus, de part l’anonymat des gens le cuisiner n’a souvent aucuns moyens de répondre et de s’expliquer !

    Reply
    • Avatar
      Marc Lebel mai 21, 2012

      @Melina c’est très rare pour la raison suivante : c’est trop coûteux de le faire sur un réseau social comme Food Reporter.

      En effet les faux profils sont très facilement détectés ( pas de photo de profil, notes que dans un seul lieu,… ) .

      Et un avis d’un faux profil est très vite détecté aussi bien par des algo que par les internautes car tous les avis sont public.

      Et se créer un vrai profil influent est très long : il faut poster beaucoup de plats, plusieurs semaines de suite,etc…

      Les restaurateurs n’ont pas le temps pour cela !

      Reply
  11. Avatar
    Rodrigo mai 21, 2012

    Justement c’est parce qu’on les paie qu’on a le droit à un minimum de qualité et donc le droit de juger si la qualité est en effet là ou si au contraire elle fait défaut.

    Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 mai 21, 2012

      C’est surtout que la critique positive non plus n’est pas acceptée puisque l’on se doute qu’un client qui prend une photo d’un plat ce n’est pas pour donner un avis négatif.

      Reply
  12. Avatar
    Albert mai 21, 2012

    Alors Rodrigo, si on peut critiquer ce que on achète pourquoi il n’y a pas personne que critique Subway, Mcdo, Kfc, vous croyez que les photos c’est ce que vous mangé?, moi j’appelle ça la publicité mensongère.

    Reply
    • Avatar
      Rodrigo mai 21, 2012

      De quoi ? Personne ne critique Mc Do ?! C’est nouveau ça !

      Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 mai 21, 2012

      Pour les critiques négatives ils sont souvent en première ligne, tu peux être rassuré ^^

      Reply
  13. Avatar
    Mélina mai 21, 2012

    @Albert, tout à fait d’accord !!!

    Reply
  14. Avatar
    Albert mai 21, 2012

    Rodrigo, au Bois de Boulogne le gens paient aussi et ne critiquent pas… ils ont peur?

    Reply
    • Avatar
      Rodrigo mai 21, 2012

      Réponse super classe…

      Reply
      • Avatar
        ALBERT mai 21, 2012

        Question classe, réponse super classe! Bref, article classe!!!

        Reply
  15. Avatar
    Mélina mai 21, 2012

    Je pense que ce que veut dire Albert, est que les gens critiquent que les gens qui mettent leur cœur dans les plats. En contre partie quand ils vont chez Mac do ils mangent comme des cochons sans critiquer et pourtant les photos affichées ne correspondent pas à ce qu’ils mangent réellement !!! Et là personne ne critique et ne prends des photos pour démontrer que Mac Do n’affiche pas la réalité de ce qui est servi.

    Reply
  16. Avatar
    BenCo mai 21, 2012

    Vaste sujet … limite sans fin, serais-je tenté de dire … Les Chefs ont le vent en poupe, et cette starisation monte à la tête de certains: « les chefs ont le chef qui gonfle » …
    A contrario, nous sommes dans une société pour laquelle le médiocre est roi, n’ayant pour exemple que la médiocrité … tout le monde est fier de ce qu’il pense et le revendique et ce, quelle que soit la complexité ou la naïveté du raisonnement nous permettant d’arriver à nos conclusions. Tout cela pour dire, qu’il y a un grand nombre de commentaires émis par des personnes n’ayant pour référence culinaire que le terminal de cuisson du coin de la rue et qui se permettent de conclurent une repas superbement maîtrisé techniquement par « c’était nul » et non « je n’ai pas aimé » …

    Je prends toujours l’exemple d’un consommé de queue de boeuf qui m’a été servi un jour, transparent comme de l’eau de roche, estimé à sa juste valeur par certainement … 5% de la clientèle, les 95% restants préférant probablement plus un pauvre espuma de guacamole avec une crevette surgelée dégueulasse mais belle dans sa verrine has-been …

    Reply
  17. Avatar
    Oli mai 21, 2012

    Je suis un ex-chef de cuisine et j’écris des portraits humoristiques de certains clients rencontrés dans mon restaurant… (heu..attendez avant de m’allumer ;-) )..sur mon blog MAIS, je suis assez d’accord avec cet article!

    Mon point de vue (et celui de beaucoup d’autres personnes) c’est que la cuisine ça se partage! Les Chefs décrits ici sont souvent étoilés et vivent dans la paranoïa la plus complète, une simple photo peut éventuellement permettre à la concurrence de décortiquer une recette et, effectivement, le droit à l’image peut jouer car ces plats font souvent l’objet de livres de recettes vendus à des milliers d’exemplaires …

    Le gros problème, et peu de cuisiniers le reconnaîtront ouvertement, c’est une certaine jalousie du professionnel par rapport à des prouesses d’inventivité de « simples » blogueurs foodies…

    Je reviens également sur le principe des « amateurs » qui parlent des plats qu’ ils ont pu manger: Il serait en effet temps de les écouter! Un Chef se doit d’écouter ces avis, de s’informer sur les désirs de sa clientèle car si l’argent rentre dans sa caisse, c’est grâce à elle!

    Se cacher dans sa cuisine à l’abris des critiques n’est pas la meilleure solution pour avancer, il faut écouter et…apprendre!

    Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 mai 21, 2012

      Ha génial, l’avis d’un chef :-) Merci d’apporter votre avis au débat, c’est intéressant d’avoir le point de vu d’une personne directement concernée. Et on va aller faire un tour sur ce blog, ça nous parait bien sympathique !

      Reply
  18. Avatar
    Les gourmands 2.0 mai 21, 2012

    On tient quand même à préciser que les critiques sont tout autant négatives que positives :) Comme les chiffres qu’annoncent, dans son commentaire, Marc de Food Reporter, on voit que finalement la balance penche même plus vers le positif que le négatif. Donner son avis c’est normal et nous croyons vraiment que la restauration ou les autres secteurs doivent voir cette pratique comme un levier, pas comme un ennemi. Ne pas venir à sa table alors que l’on a réservé ce n’est pas du tout correct, insulter ses clients sur Twitter pour se venger c’est un niveau au dessus quand même…

    Dans l’article on dénonce aussi l’interdiction de photographier les plats par certains chefs, et comme nous le disions dans un précédent commentaire, lorsque l’on prend des photos c’est rarement pour reprocher à un plat d’être mauvais. La très grande majorité du temps les photos qui circulent sur la toile sont fait dans une démarche de, partage d’un bon moment, d’un bon plat, etc.

    Mais en tout cas, on est content que l’article fasse réagir, c’est intéressant :-)

    Reply
  19. Avatar
    lobster mai 22, 2012

    pour avoir passe 45 ans dans ce metier et en particulier dans le luxe, je dirais que a 85% les chefs ou les restaurateurs, sont des farceurs, des copieurs sans imagination n ayant que le soucis de leur prochain 4/4 ou de la marque de leurs cigares cubain.
    bien entendu ils ne permettent pas les photos car les plats qu ils servent sont deja des copies de copies, il suffit que l un serve sur une ardoise tout le monde le fait en etant tres fier, exemple a l infini, les carpaccios, la betterave, les sucettes de foie gras et summun les seringues, espuma ou autres aromes de sous bois en spray, sans parler des confitures sur les plateaux de fromages ou des desserts qui arrivent dans un nuage de fumee ( vu a hong kong il y a 20 ans) ici ils decouvrent et reproduisent…

    Reply
  20. Avatar
    BenCo mai 22, 2012

    C’est assez vrai … la véritable novation est chose rare dans le milieu, et celui qui a un minimum de culture dans le domaine (pas forcément en terme d’additions collectionnées en une année dans ces grands restos, mais plutôt en lectures) se rend vite compte que la gastro telle qu’on l’entend à l’heure actuelle se mort un peut la queue en conservant les yeux fermés.
    Nombres de Chefs (1 ou 2 étoiles) sont prêts pourtant à ouvrir leur cuisine aux passionnés (les vrais, pas ceux de masterchef ou des réunions tupperware), et à jouer la transparence … perso, j’en connais qui me refile la recette d’un plat en toute transparence, à condition bien entendu de ne pas la divulguer au grand public (et surtout à la concurrence)

    Perso, j’ouvre une auberge en Dordogne, et mes vins sont sélectionnés par un sommelier de resto étoilé (qui me l’a proposé de manière totalement désintéressé), tandis que le chef (1 étoile, et parmi les 6 grands de demain du G&M 2011) me conseille continuellement et gentiment …
    De même, Michel Portos a une réputation excellente à l’égard de l’amateur …

    Reply
  21. Avatar
    jp mai 23, 2012

    c’est pas facile ce sujet : les chefs ont tiré la cuisine actuelle vers un spectacle visuel. Rodrigo oui : les chefs font de plus en plus des images pas de la cuisine.
    Je veux dire que les autres sens que la vue (le gout, l’odorat, le toucher, l’ouie (la musique des couverts qui coupent et saucent) tout cela a disparu.
    Sauf chef Michelin dont les inspecteurs savent encore accorder de l’importance aux gouts, ce qui est remarquable (j’ai hâte que Michelin mette aussi des fourchettes  » vertes » zéro trace carbone, produits locaux frais, etc).
    Comme les clients passent leur vie devant des écrans c’est normal qu’il fassent des photos, C’est fait pour ça les assiettes actuelles, beaucoup sont même au format photo rectangulaire. La cuisine spectacle engendre des clients spectateurs, pas des clients gourmands. Faut pas se plaindre.
    Je comprends surtout les vrais chefs, une toute petite minorité, comme fournisseur nous voyons leur travail, ils exigent des produits de base d’une qualité absolue, sélectionnent attentivement les producteurs, travaillent des fruits et légumes absolument frais avec intelligence et respect. Les autres qui griffonnent les ailes des assiettes avec des condiments d’hypermarché doivent se taire.
    Très peu de chefs font une cuisine de qualité sur tous les plans. Je comprends que réduire ça à une photo, c’est passer à côté d’un énorme travail, d’une somme de savoirs etc.
    Je ne prends pas de photo dans les restaurants. Par politesse pour les convives et pour le restaurateur ! on n’est pas la pour ça. C’est aussi incorrect de la part de client que de passer leur temps sur leur téléphone, que de mettre de la musique pour un restaurateur.
    Enfin les photos d’aliment sont dans 99% des cas hideuses.
    L’aliment le plus photographié dans le monde (voir google image) est « pizza », bientôt 1 milliard de photos. C’est quand même nul une humanité qui passe son temps à photographier des merdes industrielles pareilles

    Reply
    • Avatar
      ALBERT mai 23, 2012

      TRES, TRES, TRES, GRANDE REFLEXION, JE SUIS COMPLETEMENT D’ACCORD! BRAVO

      Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 mai 24, 2012

      En effet nous sommes d’accord avec cette analyse pertinente. Par contre il faut quand même pas croire que la majorité des clients vont finir par passer leur temps à table avec leur téléphone. Pour le faire régulièrement, nous prenons rapidement une photo du plat lorsqu’il arrive et nous rangeons le portable aussi tôt. Après lorsqu’un client est seul à table, libre à lui de faire ce qu’il veut, et on ne peut pas comparer ça à mettre de la musique ;)
      Dire que 99% des photos prises des aliments sont hideuses ce n’est pas vrai, tu devrais faire un tour sur food reporter, il y a de très belles photos. Nous même lorsque nous prenons en photo un plat, on ne publie que celles qui rendent bien et que l’on trouvent belles.
      Et pour les pizza, il en existe aussi de très bonnes, même sur google image ^^ ce n’est pas 1 milliard de photos « de merdes industrielles » pour reprendre tes mots.

      Reply
  22. Avatar
    Les Tasters mai 23, 2012

    Il faut dire que beaucoup de blog se contentent de prendre des photos en légendant « c’est bon ». Il n’y pas d’analyses, de descriptions, sans trop de jugements personnels mais des images à gogo dans de jolis sites plein de belles couleurs. Kawaï.
    Et tous les outils de réseaux sociaux (pinterest, instaram, etc.) favorisent l’image au profit du texte.
    Heureusement qu’il reste des auteurs qui privilégient la compréhension de ce qui se passe en cuisine et rendent la passion des cuistots (atabula, ptipois, chrisos, etc.) en critiquant ou en faisant des louanges.
    Néanmoins, il va falloir que les chefs règlent ce problème de photos parce que cela va devenir une pratique courante, même pour les non-blogueurs

    Reply
  23. Avatar
    Xavier Artot novembre 09, 2012

    Ce que j’aime ici ?
    Vous casser un chef et ont a toute la corporation qui vous tombe dessus, sur le dos.
    A lors yeux vous êtes des tirs-aux-culs saliguauds, pas fainéant pour aller critiquer la France gastronomique Nationnal, mais rien de plus.
    Bref les clients pigeons ça évoluent pas comme la cuisine.
    Excellent

    Reply
  24. Avatar
    jeanpierre08 novembre 09, 2012

    Dès lors qu’on fleurte avec le succès, qu’on effleure la gloire, on risque de perdre son jugement et l’humilité nécessaire aux grandes réalisations. C’est un peu un paradoxe pour des Chefs, que de perdre la mesure des choses, alors que c’est précisément cette capacité à bien doser leurs ingrédients qui peut les porter aux nues.
    Ce paradoxe se trouve dans beaucoup d’autres métiers, c’est la nature humaine que de se laisser griser par la réussite.
    Cet article est une belle leçon d’humilité.

    Reply
    • Avatar
      Les gourmands 2.0 novembre 10, 2012

      Merci Jean-Pierre pour ce commentaire très intéressant. Et merci pour ces éloges également :)

      Reply
  25. Avatar
    Anonyme novembre 13, 2012

    une petite précision quand meme, si a peu près tout ce qui a été dit jusqu’à présent a une bonne part de vérité, en bien comme en mal : imaginez que vous etes chef d’un de ces restaurants, que vous avez mis plusieurs semaines a peaufiner un plat avec votre équipe, il est délicieux tout autant que magnifique et vous en etes tres fier.

    Un client vient chez vous, et vous demande l’autorisation de mettre des photos de vos plats sur son blog. Vous acceptez, parce que vous en etes fier, parce que vous etes plutot du genre a partager votre passion, et parce que de toute facon vous ne voulez pas choquer le client. Et le lendemain, sur le blog en question, on va une photo moche, sans relief, aux couleurs ternes, avec un flash qui fait reluire des zones, et le tout pris dans un léger flou.
    Le plat à l’air franchement dégueulasse, et cette vision d’horreur est accessible au monde entier

    Est ce que vous n’avez pas l’impression que, maladroitement, le client vous sabote ?

    Dans le meme ordre d’idée, je pense que la plupart des chefs acceptent bon gré mal gré une critique justifiée. Mais si un « amateur » écrit une grosse tartine à l’encontre d’un restaurant, parce qu’il n’a visiblement pas trouvé l’experience a son gout, mais se prend l’espace d’une soirée pour le vengeur masqué, et crache toute sa frustration de la semaine sur son gastro du samedi soir… n’ya t’il pas aussi un décalage, entre une publicité négative totalement abusée pour un artisan qui vit de son métier, et entre le loisir d’un internaute qui se prend pour un justicier gastronomique le temps d’un soir par mois, et qui se sent obligé de sauver la veuve et l’orphelin du méchant restaurateur malhonnete et égocentrique?

    J’exagere dans mes propos, c’est volontaire pour un peu contrebalancer les premiers commentaires qui (nous) prennent (je suis un jeune chef d’un restaurant pas du tout étoilé) pour ce que nous ne sommes pas, des rustres, des malhonnetes, des profiteurs.

    Reply
  26. Avatar
    Lucas novembre 13, 2012

    En tant que restaurateur et chef étoilé, le principal est surtout de bien faire la différence entre j’aime pas et c’est pas bon ! Côté avis internet, de bien réfléchir à ce qu’on écrit, d’être honnête, car une critique fait très mal quelques fois, elle doit donc être justifiée… Côté photos, souvent les photos ne reflètent pas ce que l’on a vraiment devant les yeux… donc avant il faut apprendre à faire de belles photos, ou/et acheter un bon appareil. Merci

    Reply
  27. Avatar

    Nous on commente les tablettes de chocolat, nos avis sont sincères et nous espérons bien que cela provoque des réactions. Ce sont souvent des bonnes donc quand on teste quelque chose qui ne nous plait pas, on hésites pas on le dit aussi !

    Reply
  28. Avatar
    Albert décembre 01, 2015

    je suis un food blogger, prendre des photos de mes plats est quelquechose de très important pour moi. Cependant je pense que les chefs qui « crachent dans leur soupe » on totalement le droit d’interdire les photos. Un photographe qui s’intéresse au pièces d’antiquités ne peux pas aller se plaindre chez le directeur d’un musée pour son blog ou son répertoire de photos. Prendre des photos dans un musée est une chose interdite.
    En tant que futur restaurateur j’encouragerais la prise de photos dans mes établissements, mais le choix doit se faire par le chef de cuisine.

    Reply

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *